La magie des jardins

Sentir les forces de la nature

Diversifiés et précieux pour la santé, les jardins Weleda sont source d’émerveillement année après année. Ce sont des organismes vivants entre ciel et terre. Découvrez nos oasis de verdure réparties autour du globe.

 

Ils ont la main verte

Nos jardiniers ne perdent jamais de vue la plante et l’organisme dans leur globalité. Ils observent les liens complexes entre les deux, favorisent le développement et agissent dans un esprit organisateur là où la nature a besoin d’organisation. La nature charrie ses mystérieuses forces vitales d’une année à l’autre. Et ce sont les jardiniers qui mettent en scène cette vie dont les racines plongent dans la terre et qui donne des fleurs et des fruits aux vertus curatives. Nous savons ainsi que nos jardins suscitent chaque année l’enchantement. À chaque saison, jusqu’au moment de la récolte. Floraisons somptueuses, diversité, nos jardins regorgent de vie à l’état pur.

Suisse et France

La présence d’un grand nombre d’espèces de plantes médicinales dans un espace relativement restreint offre une incroyable diversité de couleurs au moment de la floraison. Les jardins Weleda sont situés tout près d’ici, dans la ville d’Arlesheim, près de Bâle en Suisse et à Bouxwiller, non loin de Huningue en France. Pierre Kappler est responsable des deux jardins : « Le jardin de Bouxwiller forme un îlot de biodiversité au milieu d’un paysage cultivé de manière conventionnelle. » Ici, les contreforts du Jura constituent la région vallonnée du Sundgau. La parcelle de 1,5 hectare est entourée de haies sauvages. Les oiseaux, insectes et amphibiens se sentent bien dans ce havre de paix entre étang, murets de pierres sèches et arbres fruitiers. Malgré sa taille relativement réduite, ce jardin accueille jusqu’à 70 espèces de plantes médicinales. Le jardin suisse d’Arlesheim se trouve au « Bruderholz », une chaîne de collines qui sépare les vallées de la Birse et du Birsig. Il est entouré de forêts et de 40 hectares de champs dédiés à l’agriculture biologique.

Allemagne

Dans le jardin de plantes médicinales Weleda situé à Wetzgau, près de Schwäbisch Gmünd, la diversité ne connaît pas de limites. Les 23 hectares sont occupés par 800 espèces de plantes, dont 160, aussitôt récoltées, sont transformées en teintures pour médicaments et produits cosmétiques naturels. Des oiseaux et de nombreux autres animaux trouvent un espace vital entre les 5 kilomètres de haies composées de prunelliers, d’hamamélis, d’aubépine et d’érables champêtres. L’énorme abondance de fleurs attire d’innombrables insectes, parmi lesquels également des auxiliaires comme les syrphes, ichneumons, chrysopes et coccinelles. « Pour nous, le jardin est un organisme vivant », déclare Michael Straub, responsable du jardin de plantes médicinales. Cela signifie que les plantes doivent trouver de meilleures conditions de vie dans notre jardin que dans leur habitat naturel – et ce grâce au traitement particulier du sol, notamment à l’aide de préparations naturelles à pulvériser et grâce aux soins et à la méticulosité des jardiniers. Le sol fertile au pied du Jura souabe est recouvert de fleurs de mars à octobre.

Angleterre

Le pré est parsemé de primevères. Sous un pin poussent des amanites tue-mouche. Ce qui ressemble à première vue à un espace naturel est en fait le concept particulier de ce jardin situé à Ilkeston, dans le centre de l’Angleterre. Durant les mois d’été, les champs de calendula orange lumineux attirent bien sûr le regard.

 

Mais le but que les jardiniers poursuivent ici, dans ce jardin Weleda, n'est pas de constituer d'opulents massifs de fleurs, mais de ramener les plantes médicinales vers leur site naturel. Ce sont les petites parcelles à l’aspect naturel qui font le charme de ce jardin. Discret et modeste, à l’image de cette région du Derbyshire. Le jardin est situé à la périphérie de la ville d’Ilkeston, qui avait joué un rôle important durant la révolution industrielle. Le paysage reflète encore aujourd’hui les excès de l’industrie minière. La fréquence des précipitations et les nombreuses sources d’eau rendent le sol humide et lourd. « Des conditions pas vraiment idéales pour la culture de plantes médicinales », déclare Claire Hattersley, jardinière. Mais les méthodes de culture biodynamique permettent de rendre fructueux même un jardin comme celui-ci, dont chaque recoin témoigne du lien avec la région et l’histoire du pays.

Pays-Bas

Des haies et des arbustes protègent le jardin contre les vents rudes venant des côtes. « Nous travaillons ici dans un petit coin de paradis », dit Jan Graafland, jardinier. Car ce jardin, situé au cœur d’une zone industrielle, est une oasis dans la ville et offre un refuge idéal pour les insectes et les oiseaux, favorisant ainsi la biodiversité.

 

Bien que sa taille d’un hectare permette une bonne vision d’ensemble, le jardin offre une très grande diversité de plantes médicinales. Les jardiniers y cultivent plus de 200 espèces de plantes, aérant le sol lourd à l’aide de composte fortement minéralisé. Et pour répondre aux besoins spécifiques de certaines plantes, on continue à diversifier le sol – lourd ou meuble, humide ou sec, riche ou pauvre en nutriments. Une serre chauffée sert à cultiver les jeunes pousses et abrite, de plus, quelques plantes médicinales tropicales. « Nous cultivons dans notre jardin presque toutes les plantes que Weleda utilise dans ses produits », affirme Jan Graafland.

Brésil

La nature à côté de la métropole : le jardin Weleda est situé à São Roque, à 50 km à l’ouest de São Paulo. Nos jardins se trouvent à seulement 30 minutes en voiture de la grande ville. La Terra rossa – nom donné à cette terre rouge par les immigrants italiens – héberge une grande diversité naturelle. La ville de São Roque se situe à proximité de la Serra do Mar, une chaîne montagneuse recouverte par la forêt équatoriale et qui s’étend le long de la côte sud-est du Brésil.

 

La ville, située autrefois à mi-chemin sur la route vers l’ouest, en direction du Paraguay et de la Bolivie, avait attiré au XXe siècle des immigrants du Portugal, d’Italie, du Japon et d’Allemagne. Et avec eux s’est établie une tradition particulière en matière de culture fruitière et légumière. Aujourd’hui encore, São Roque est célèbre pour ses vins et sa bonne cuisine, produite par de petites entreprises familiales. Ce coin de terre, qui a accueilli le jardin Weleda dans les années 80, est d’origine volcanique et extrêmement fertile. Le jardin est situé au bord d’un petit lac.

Nouvelle-Zélande

Le jardin de Havelock North s’étend au pied du Te Mata, dans la région de Hawkes Bay, sur l’île septentrionale de la Nouvelle-Zélande. Environ 50 espèces de plantes médicinales sont cultivées dans ce climat méditerranéen. Pendant les mois d’été longs et chauds à Havelock North, Warren Pearce et ses jardiniers néozélandais travaillent dans les champs. La plupart des activités sont réalisées à la main ; le fait de renoncer aux machines agricoles lourdes doit permettre d’éviter le compactage inutile du sol. Le mode de culture s’effectue selon les principes de la biodynamie. Trois vaches fournissent le fumier nécessaire qui, associé au composte autoproduit, améliore la qualité de la terre. La diversité des plantes est grande, tout comme celle du monde animal, qui se manifeste ici à travers le grand nombre d’espèces d’oiseaux comme le tui, le kereru ou carpophage de Nouvelle-Zélande ou encore le pukeko, une poule pourpre qui ne passe pas inaperçue.

Argentine

Au milieu d’un paysage herbeux situé à 1 200 mètres d’altitude, entre des forêts de conifères et des forêts mixtes, Jorge Giusto, jardinier, gère un jardin de plantes médicinales et habite même sur le terrain. Celui-ci se trouve au cœur de l’Argentine, dans la région de Córdoba. Le jardin n’est pas aménagé comme une planche à dessin. Au lieu d’être composé de massifs et de parcelles tirés au cordeau, des plantes médicinales telles que la primevère, l’échinacée, l’épine-vinette ou la fougère s’intègrent dans le milieu naturel comme si seul le hasard l’avait arrangé. Un ruisseau serpente à travers les 12 hectares de jardin, où Jorge Giusto et un autre jardinier cultivent plus de 70 espèces de plantes médicinales. La récolte est transformée en médicaments dans leur propre pharmacie à Buenos Aires.