L'or dans la médecine

Une ère dorée

Le rôle de l’or dans la médecine moderne

Son éclat fascine l’homme depuis des millénaires. Il s’agit du métal précieux le plus connu et le plus chargé de symboles : l’or. Toutefois, ses qualités vont bien au-delà de sa valeur en joaillerie ou en tant que placement – l’or est un médicament hautement efficace. Le médecin et philosophe Paracelse utilisait déjà ce métal précieux pour ses propriétés curatives. En médecine anthroposophique également, l’or se révèle une substance active de grande valeur aux mille et une vertus. Sa relation au Soleil et à la lumière le distingue en tant que métal du cœur qui agit donc particulièrement bien sur les processus rythmiques du corps. Tout comme le cœur rétablit l’harmonie entre concentration très élevée et propagation maximale du sang, l’or crée l’équilibre entre densité extrême et très haute capacité de dilatation. Ce noble métal peut être laminé très fin sans se rompre.

Tout ce qui brille n’est pas or

Les métaux et leur traitement

Mettre en évidence les multiples vertus des métaux pour nos médicaments est un défi de taille. En fonction du domaine d’application, nous avons recours pour les métaux comme l’or, l’argent, le cuivre ou le fer à un procédé pharmaceutique spécifique. Le procédé appelé préparation de miroir métallique nous permet d’obtenir une qualité exceptionnelle : le métal est chauffé à la température d’ébullition et porté à évaporation dans un appareil de distillation spécial. Par ce processus d’évaporation, il modifie sa structure et se présente sous une forme brillante. Ainsi se forme une couche très fine qui se dépose sur les parois de l’appareil : le miroir métallique. Ensuite, un collaborateur racle délicatement la fine substance. L’or, par exemple, nécessite une température inouïe de 1063°C pour fondre et d’environ 1400°C pour s’évaporer sous vide. Ce n’est qu’alors que le précieux miroir d’or se forme et peut subir un traitement ultérieur.

La végétabilisation est une autre méthode pour rendre les métaux exploitables dans nos médicaments. À cette fin, nous faisons pousser des plantes médicinales dans une terre fertilisée avec des préparations à base de métaux. Les plantes se combinent ainsi avec le métal et ses qualités. Quant au métal, sous l’effet des processus vitaux de la plante, il fait l’objet d’une revitalisation, la végétabilisation. Dans cet état vivant et dynamique, les propriétés des métaux peuvent se déployer. Lorsque la plante médicinale arrive enfin à floraison, nous récoltons les fleurs et les feuilles des plantes et préparons avec un compost pour l’année suivante. Nous répétons ce processus pour que les plantes médicinales revitalisent le métal pendant trois périodes de végétation en tout. Ce n’est que sur la récolte de la troisième année que nous récupérons les teintures qui serviront finalement comme substances de base pour certains médicaments.

À découvrir

Nos méthodes thérapeutiques

Quelle est l’approche de la médecine anthroposophique et dans quelle mesure considérons-nous l’être humain d’un point de vue global et individuel?

En savoir plus sur notre méthode thérapeutique

Qualité

Nous accordons de la valeur aux matières premières utilisées, mais aussi à leur provenance et à la façon dont elles sont transformées.

Nos exigences en termes de qualité

Fabrication

Nos médicaments anthroposophiques sont fabriqués au moyen de divers procédés qui contribue à leur spécificité.

En savoir plus sur les procédés de fabrication