Nature

Des solutions pour des sols sains

Comment produire de l’humus

La production d’humus, l’agriculture régénérative et le carbon farming garantissent l’amélioration des sols. En activant et en renforçant la vie souterraine, ils favorisent la fertilité du sol et la biodiversité. Ce qui profite également au climat.

#1 Production d’humus: une technique ancestrale

L’histoire de l’agriculture regorge d’exemples de production ciblée d’humus dans les régions les plus diverses du monde. Les Vikings et les Germains cherchaient déjà à booster la fertilité de leurs sols. Le sol de type «Plaggenesch» est né dans la région d’Osnabrück, où les hommes enrichissaient leurs sols sablonneux et peu productifs avec de la matière organique aux 12e et 13e siècles. Pour ce faire, ils coupaient des mottes de bruyère et d’herbe et utilisaient la terre végétale pleine de racines comme litière dans les étables. Enrichies d’excréments d’animaux, de déchets de cuisine et de cendres, les mottes de terre étaient ensuite réintroduites dans les champs. À la fin du 19e siècle, les engrais minéraux produits de façon industrielle ont supplanté les anciennes techniques de culture et le savoir ancestral de nouveau très prisé aujourd’hui.

#2 Agriculture régénérative: cycles naturels et soin apporté aux sols

Des pionniers, des agriculteurs et des initiatives ont développé l’idée d’une agriculture régénérative. L’un des pionniers est l’agriculteur américain Robert Rodale, qui a inventé le terme «regenerative organic farming» dans les années 1970 pour se distinguer de l’agriculture purement durable. Autre pionnier, Rudolf Steiner et son cours aux agriculteurs, qui a donné naissance aux prémices de l’agriculture biodynamique dans les années 1920.

Dans l’agriculture régénérative, les cycles naturels doivent non seulement être rétablis, mais aussi améliorés. Le soin apporté au sol est au cœur des préoccupations. Des mesures appropriées activent et renforcent la vie souterraine, ce qui permet d’enrichir le carbone organique, c’est-à-dire l’humus. Aspect important: le sol est recouvert de végétation toute l’année. Les sous-semis dans les cultures principales de céréales, de maïs ou de colza y contribuent. L’engrais vert permet de combler le temps entre deux cultures. Les légumineuses telles que le trèfle rouge conviennent parfaitement comme culture intermédiaire. Elles fixent l’azote et augmentent la fertilité du sol. Une fois les plantes mortes, leur système de tube racinaire facilite l’absorption d’eau et l’apport en nutriments. Les types d’engrais verts à racines profondes nourrissent mieux le sol que n’importe quel labour. Ce type de travail du sol peut, avec des plantes qui ont des racines de plusieurs mètres de profondeur, aller beaucoup plus loin qu’on pourrait le faire en labourant. C’est pourquoi la terre arable n’est travaillée que si besoin et de manière très superficielle. Le travail superficiel à la machine est idéalement complété par un engrais vert à racines profondes sans perturber la structure des couches du sol. La vie souterraine doit pouvoir se développer à son propre rythme et sans être perturbée.

Les pratiques de l’agriculture régénérative sont aussi variées que les sites eux-mêmes, qui nécessitent chacun des méthodes d’exploitation adaptées. Diverses pratiques se sont établies au fil des ans: permaculture, agroforesterie ou gestion globale des pâturages, pour ne citer que quelques concepts. Toutes ces approches promettent l’amélioration des sols, une plus grande biodiversité, l’amélioration du stockage de l’eau, la réduction de l’érosion et la diminution de la dépendance aux produits chimiques.

Selon les estimations, 50 000 ha sont cultivés en Allemagne selon les principes de l’agriculture régénérative: il s’agit à la fois de fermes biologiques et conventionnelles.

Deux à cinq milliards de tonnes de CO2 pourraient être liées chaque année par la production d’humus à l’échelle mondiale.

#3 Carbon Farming

La production d’humus est un processus long et coûteux. La majeure partie du carbone introduit se décompose assez rapidement et s’échappe dans l’air sous forme de CO2. Seule une petite partie reste stockée à long terme dans le sol. Et pourtant, les sols agricoles ont un grand potentiel pour fixer le carbone et contribuer à la protection du climat. L’Institut Thünen étudie la meilleure façon d’y parvenir dans le cadre du projet Carbon Farming.

Avec le Carbon Farming, les agriculteurs adoptent, si possible à long terme, des méthodes d’exploitation connues dans l’agriculture régénérative: l’introduction de cultures intermédiaires, une couverture végétale dense et diversifiée avec un système racinaire profond, du compost, du fumier solide et des systèmes agroforestiers. Selon des calculs scientifiques, 50 à 1000 kg de carbone organique par hectare peuvent s’accumuler dans le sol chaque année jusqu’à ce qu’un nouvel équilibre s’établisse et même davantage dans les prairies. Soit 80 à 3600 kg de CO2 par hectare qui peuvent être soustraits de l’atmosphère chaque année. Cela profite au climat, favorise la fertilité des sols et la biodiversité.

En protégeant le sol, nous assurons nos propres moyens de subsistance. Nous devons tout faire pour réhabiliter ou reboiser les sols déjà dégradés. On estime que deux milliards d’hectares dans le monde ont le potentiel pour cela. C’est le bon moment pour se retrouver, partager des expériences et initier des projets.

Texte: Susi Lotz

Sources:

Bodenatlas 2015, Der Boden (Susanne Dohrn), Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit (GIZ) GmbH, Deutsche Welle, Deutscher Landwirtschaftsverlag, Deutschlandfunk, Energiewende-Magazin 6/2020, Europäische Umweltagentur, FiBL, Johann Heinrich von Thünen-Institut, Julius Kühn-Institut, Kreo 01/2020, Max-Planck-Gesellschaft, Nature & More, oekolandbau.de, Saatgut (Anja Banzhaf), Save Our Soils, Slow Food, Statista, Stiftung Wissenschaft und Politik, Umweltbundesamt, Was ist und wie entsteht Humus? (Schnug / Haneklaus), World Ocean Review, WWF, Zukunftsstiftung Landwirtschaft (Wege aus der Hungerkrise, 2013)