L’univers Des Bébés

Sevrer ou continuer à allaiter?

Combien de temps devrais-je allaiter? Que se passe-t-il si le bébé mange déjà des aliments et fait ses dents, mais que vous aimez allaiter et votre bébé demande toujours le sein? La sage-femme Anja Constance Gaca informe sur le sevrage ou la poursuite de l’allaitement.

L’introduction des aliments complémentaires implique-t-elle également le sevrage?

Il est très probable que votre bébé ait déjà commencé à manger ses premiers aliments complémentaires. Cela déclenchera également le processus de sevrage – mais beaucoup plus lentement que vous ne le pensez. Peut-être aviez-vous déjà hâte de retrouver votre corps un peu plus «pour vous-même». Pourtant, il se peut que votre bébé demande plus souvent le sein qu’auparavant. Décidez pour vous-même du moment ou du rythme auquel vous voulez sevrer.

Les compléments alimentaires ne font que compléter le lait maternel

Au cours de la première année de vie, les bébés sont appelés «nourrissons» parce qu’ils consomment principalement leur nourriture en tétant au sein ou, dans le cas des enfants non allaités, au biberon. En règle générale, un enfant ne s’arrêterait pas de lui-même de boire au sein avant son premier anniversaire, parce qu’il dépend du lait maternel ou de la nourriture pour bébés non allaités pour son développement. Les bébés et les petits enfants ont également besoin de téter au cours des premières années, ce qui les aide à se détendre, à traiter les stimuli ou à trouver le sommeil. Il est donc tout à fait normal que les bébés veuillent continuer de boire au sein fréquemment, même après l’introduction des aliments complémentaires. Entre le septième et le dixième mois de la vie, beaucoup de choses se passent au niveau du développement. Votre bébé devient plus mobile et souvent les premières dents ont déjà percé.

Allaitement maternel de nuit

Le bébé explore son environnement avec tous ses sens et doit traiter beaucoup de nouvelles expériences. Souvent, à cet âge, le sommeil devient plus agité et votre enfant se réveille plus souvent. L’allaitement de nuit peut aider votre enfant à se rendormir, mais les interruptions nocturnes sont épuisantes pour vous. Il n’est pas rare que les mères souhaitent alors moins allaiter. Cependant, le sevrage n’améliorera pas nécessairement la qualité de votre sommeil, car votre enfant aura très probablement encore besoin de votre aide pour se rendormir. Beaucoup de mères trouvent qu’il est beaucoup plus difficile d’endormir leur bébé que de l’allaiter en position couchée. Cependant, vous ne pouvez pas partager l’allaitement avec votre partenaire. À vous donc de voir ce qui convient le mieux à votre famille. Mettre fin à l’allaitement maternel peut être un moyen de mieux répartir les tâches liées à l’alimentation de votre bébé pendant la journée. Cependant, il peut également être utile que votre partenaire assume encore plus d’autres tâches, et que vous puissiez vous reposer plus souvent avec le bébé pendant la journée.

C’est à vous de décider la durée de l’allaitement. Sachez que le sevrage après l’accouchement est la deuxième coupe du cordon ombilical. Ainsi, chaque histoire de sevrage est individuelle. Il n’y a pas de règle définie, mais il est conseillé de le faire progressivement et en douceur, pour les deux.

Vers le sevrage

Pendant l’allaitement, des hormones sont libérées qui ont un effet relaxant sur la mère. Ils aident aussi à surmonter le quotidien avec un bébé plus sereinement. Pour que le changement hormonal ne se produise pas trop violemment, il est judicieux d’arrêter l’allaitement aussi lentement que possible. C’est aussi un grand changement pour le bébé. Vous devriez donc lui laisser suffisamment de temps pour qu’il s’y habitue. Pour l’enfant, il ne s’agit pas seulement du lait, mais aussi de la proximité et du contact corporel qui y sont associés. Offrez-les à votre bébé par beaucoup de câlins lorsque vous décidez de sevrer. Si vous mettez votre bébé de moins en moins au sein, votre corps produira graduellement moins de lait. En en mot, l’offre diminue avec la demande. Si vous le faites lentement et que vous prenez bien soin de votre sein, le risque d’engorgement est faible. Cependant, demandez à votre sage-femme de vous accompagner pendant le sevrage, car chaque personne réagit différemment aux changements.

Conseils pour le sevrage:

  1. Le corps produit de moins en moins de lait maternel lorsque la demande diminue.
  2. Adoptez une approche douce du sevrage, sans bouleversements radicaux
  3. N’offrez plus activement le sein, mais ne rejetez pas la demande.
  4. Sevrage partiel: allaitement maternel moins fréquent, remplacement partiel de l’allaitement par des aliments complémentaires
  5. Remplacer le contact corporel manquant par des câlins

                                                      

Prenez votre décision personnelle en matière d’allaitement et de sevrage

Si votre bébé est encore âgé de moins d’un an ou ne mange pas assez d’aliments complémentaires, le lait maternel manquant doit être remplacé par des aliments de prénutrition. Il est recommandé de nourrir le bébé avec un aliment adapté à son âge, pouvant être donné dès la naissance, car la composition des nutriments contenus dans les aliments complémentaires n’est pas optimale, et il convient de les éviter, même en cas de besoin. Demander également conseil à votre sage-femme en matière de préparation, d’alimentation et d’hygiène. Si vous laissez votre bébé décider du processus de sevrage, il faudra probablement un certain temps avant qu’il soit prêt de lui-même. Un âge de sevrage de deux à quatre ans est tout à fait normal. L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) recommande que l’allaitement maternel soit poursuivi jusqu’au deuxième anniversaire ou au-delà, en plus des aliments complémentaires appropriés. Si la mère et l’enfant le veulent, bien entendu.

 

Mais vous n’avez pas besoin de décider aujourd’hui ou demain de la durée réelle de l’allaitement. Voyez d’une semaine pour l’autre comment vous vous en sortez avec l’allaitement. Lorsqu’on allaite un bébé de deux mois, il est presque inconcevable d’allaiter un enfant de deux ans. Tout comme votre bébé cependant, votre relation d’allaitement se développe et change au fur et à mesure que votre bébé grandit. Vous pouvez la concevoir pour qu’elle vous convienne personnellement. Les groupes d’allaitement apportent un important soutien parce que les mères qui sont dans des phases d’allaitement très différentes avec leur enfant peuvent y échanger leurs expériences. Et votre sage-femme vous aidera également à résoudre vos questions ou problèmes jusqu’à la fin de la période de sevrage. Libérez-vous de l’idée que la société se fait d’un âge de sevrage correct ou de l’allaitement à long terme. Vous seule pouvez sentir ce qui est bon pour vous et votre enfant.

Anja Constance Gaca

Sage-femme indépendante

Mère de quatre enfants, elle est blogueuse et auteur de Von guten Eltern (bons parents) avec son mari. Anja est la spécialiste des thèmes liés au repos post-partum et des aliments complémentaires. Elle donne aussi des conseils pour mener une relation de couple heureuse tout en étant parents.